Fruits et feuilles

DESCRIPTION DU MÉTIER

L'oléiculteur produit des olives sur son verger d'oliviers. Ce métier requiert une grande capacité d’adaptation et une forte polyvalence. Il réalise les opérations culturales arboricoles (préparation des sols, plantation, taille, irrigation, veille sanitaire , application de produits phytosanitaires, récolte) selon les objectifs de production (quantité, qualité), selon un cahier des charges (AOP, AB) ou non, et selon les règles d'hygiène, de sécurité et les normes environnementales. Il peut vendre ses olives ou son huile au moulin qui se chargera de la commercialiser (moulin type Coopérative), ou bien il peut réaliser lui-même toutes les opérations de transformation, de conditionnement ou de commercialisation des produits.

 

Il peut se diversifier en produisant des olives de table (« confiserie »), de la tapenade, pates d’olive, huiles aromatisées, etc… La commercialisation nécessite une implication en temps importante, et des compétences spécifiques, notamment liées aux étiquetages. En véritable chef d’entreprise, l’oléiculteur doit également assurer le suivi administratif et définir les orientations stratégiques de son exploitation en prenant en compte tous les éléments de son environnement de travail. Il peut être amené à coordonner une équipe, notamment en période de récolte et de taille.

Ses activités quotidiennes

Elles sont fonction de la saison, et consistent dans une surveillance globale du verger, pour les interventions de taille, la veille sanitaire, le suivi phytosanitaire, la gestion de l’enherbement, les apports d’engrais, d’eau… Elles incluent aussi le suivi administratif et commercial.

Les compétences requises

  • Planter un arbre

  • Installer un dispositif d'irrigation

  • Installer un élément de protection

  • Réaliser l'entretien et les soins d'un arbre

  • Tailler un arbre

  • Appliquer des produits phytosanitaires

  • Surveiller le développement d'un fruit

  • Récolter un produit à maturité, éventuellement selon un cahier des charges

  • Éventuellement connaitre les techniques de greffe

  • Maitriser l’utilisation d'outils de taille, d’engins agricoles

  • Assurer une maintenance de premier niveau des équipements et des outils

  • Maitriser les techniques de récolte

  • Maitriser les techniques de taille de rénovation, de fructification

  • Savoir utiliser les produits phytosanitaires (Certiphyto)

  • Connaitre les normes de qualité et de commercialisation de l’huile d’olive

  • Savoir déguster une huile d’olive et savoir pratiquer l’autocontrôle de son produit.

Les formations dominantes

BPREA

BTSA

Formation techniques complémentaires:

  • Caractéristiques du sol et son fonctionnement

  • Taille

  • Greffe

  • Irrigation

  • Fertilisation

  • Formation organoleptique : Dégustation d’huile d’olive/autocontrôle qualité du produit

  • Commercialisation

  • Notions économiques et financières: Références technico-économiques / Coûts de production, coûts de revient

  • Eventuellement formation aux process, techniques et méthodes pratiqués pour le confisage des olives

  • Formation aux bonnes pratiques d’hygiène pour l’élaboration de l’huile d’olive et des olives de table

Informations à savoir pour s'installer oléiculteur en Corse...
 

Attention, dans un contexte de risque sanitaire accru (Xylella fastidiosa), et d’irrégularité de production (alternance), une activité agricole complémentaire est indispensable. La filière oléicole ne donne pas d’avis favorable aux projets bâtis sur la seule spéculation oléicole.

 

En Corse les producteurs de la filière oléicole sont représentés par 2 structures :

1. Le Syndicat Interprofessionnel des Oléiculteurs de Corse (SIDOC), reconnu comme interprofession auprès du Ministère de l’agriculture, il structure la filière oléicole corse et défend les intérêts des producteurs. Tous les oléiculteurs de Corse adhérents sont représentés au travers de deux structures couvrant aussi bien l’amont (la production) que l’aval (la transformation & la commercialisation).

2. Le Syndicat AOC Oliu di Corsica, organisme de défense et de gestion (ODG) de l’Appelation d’Origine Protégée (AOP) Huile d’olive de Corse- Oliu di Corsica, garant du cahier des charges qui définit les éléments prouvant l’origine du produit et sa méthode d’obtention, les variétés admises, les conditions d’élaboration, les critères de qualité, la typicité de l’huile en AOP.

 

Les parties prenantes: la Chambre d’agriculture de Corse, l’ODARC, les organismes certificateurs et de contrôle (AB, AOP)

À savoir sur la démarche AOP Oliu di Corsica...
 

« Récolte sur l’arbre » et « Récolte à l’ancienne » pour des saveurs différentes:

Ce sont principalement les modes de récolte qui influent sur les arômes de l’huile.

 

L’Huile d’Olive de Corse – Oliu di Corsica AOP se décline en une double gamme afin de permettre au consommateur de différencier les huiles les plus « douces » des plus « fraiches » : Les olives récoltées sur l’arbre, par action mécanique, avant qu’elles ne chutent, donnent en effet une huile « fraîche », relevée d’une pointe d’ardence et d’amertume, aux arômes d’amande, d’artichaut ou de pomme. Les olives récoltées à l’ancienne, par chute naturelle sur filets, à surmaturité, offrent quant à elles une huile aux arômes « confits » d’olive noire, de fruits secs ou de fleurs du maquis. C’est une huile à la saveur très douce, exempte d’amertume et de piquant.

 

Les bouteilles d’Huile d’Olive de Corse – Oliu di Corsica AOP portent un « macaron » pour les identifier dans l’une ou l’autre gamme.

Contact

SYNDICAT AOC OLIU DI CORSICA
26 Quartier de la Poste
20260 LUMIO
06.51.19.23.27 / 04 95 56 64 97

www.oliudicorsica.fr

  • Facebook
  • Instagram